Actrice

Star du cinéma français des années 70, Claudine Berger connaît une traversée du désert qui semble ne pas devoir finir. Ses grands rôles comme les hommes de sa vie appartiennent au passé. Vaguement occupée à dicter ses souvenirs, elle assiste à l’hommage que lui rend un festival étranger, se prépare à tourner un téléfilm qui ne l’emballe pas. Le temps semble venu d’abandonner ses dernières illusions. À moins que le destin, et son propre talent, ne lui offrent une dernière chance...

Plus d'infos

Le livre sonne juste, qui nous donne ce sentiment de plonger dans les arcanes de ce qui fait qu'une actrice est une actrice. Et l'on est tout de suite pris par l'histoire qu'il raconte.

Jean-Pierre Lavoignat, Studio Magazine

Un roman magnifique... Un personnage si humainement attachant qu’on en vient à douter qu’il s’agit là d’une créature romanesque. Au moins vous n’attendrez pas la rentrée pour tenter de dégoter un excellent premier roman...

Albert Algoud, À nous Paris

Un roman poignant où la douleur et la mélancolie s'estompent parfois d'un revers d'humour mais pour toujours vous revenir en pleine gueule à la page suivante.

Ciné Live

Un beau portrait de femme.

Florence Bourgain, Le Figaro Magazine

Le portrait est brossé avec brio, et les confidences de Claudine Berger, entre légèreté et ambitions déçues, ne peuvent nous laisser indifférents.

Sud-Ouest

Un long processus de reconstruction. Un émouvant portrait de femme.

Femme Actuelle

Carlier ou pas, un écrivain est né.

Caroline Andrieu, Le Parisien

Ce tableau impitoyable mais réaliste du monde du cinéma est, pour un coup d'essai, un vrai coup de maître.

Télé Cable Sat

Un premier roman attachant, touchant, effleurant du bout des ailes le pathétique sans jamais se vautrer dedans.

François Alquier, Virgin !

On en apprend beaucoup sur les coulisses du cinéma. Et on reste accroché jusqu'aux derniers mots : the end.

Marie Affortit, Paris Match

Stéphane Carlier signe plus qu'un premier roman. Il vient de réussir un grand bouquin sidérant par sa maturité et sa tristesse tranquille.

Nicolas Rey, auteur de "Un léger passage à vide"